Mumford And Sons / Babel


20120928-095614.jpg

Disponible depuis quelques jours, le nouvel album de Mumford & Sons est l’un des plus attendu de la rentrée Pop / Folk 2012.

Depuis leur dernier opus et le tube Little Lion Man, ces anglais aux accents celtiques ont largement fait parler d’eux grâce à des refrains chantant et des rythmes entrainants.

Malheureusement avec Babel la surprise qu’avait constitué les accents folk et blue grass du premier album s’évapore un peu… Ils tombent dans le péché attendu des groupes qui impriment et retiennent la recette du succès trop vite.

À l’instar de Coldplay, qui commença imposer les envolées lyriques de Chris Martin à la suite de Parachutes, Mumford and Sons nous sert du banjo et des choeurs à toutes les sauces.

Video here

Certainement qu’un public affamé va en redemander, que les stades en seront rassasiés. mais très peu pour nous, l’indigestion est proche… Dommage…

Publicités

Chronique Album – Youth Lagoon / The Year Of Hibernation (Feat Walden)


« I have always been regretting that I was not as wise as the day I was born. » Walden, Or, Life in the Woods, Henry David Thoreau, 1854

Dans Walden le philosophe et naturaliste américain Henry David Thoreau nous expose sa vie menée durant deux ans au coeur de la nature, en autarcie. Aujourd’hui considéré comme l’un des pionniers du mouvement en faveur de la décroissance et du respect de l’environnement, cet exil au bord de l’étang de Walden dans le Massachussetts, lui inspire une réflexion sur la solitude, la nature et la société consumériste de l’époque.

Euh… Pourquoi parler d’un philosophe américain disparu depuis presque 150 ans sur ce blog de musique? La raison de cette petite divagation introductive résulte de l’écoute de The Year of Hibernation de Youth Lagoon.

Lire la suite

Chronique album – Yuck


Edit: Yuck sera en concert à la Boule Noire à Paris le 5 Novembre

Convecteur temporel branché! Prêt à balancer la Doloreane à 88 miles à l’heure et revenir dans le début des années 90.

La pochette de l'album éponyme Yuck

Imaginez un groupe qui décide de dépoussiérer les héros indies des nineties; Pavement, Dinosaur Jr. et autres Sonic Youth tout le monde y passe. Étant fan de tout ces groupes, je ne peux qu’accueillir la nouvelle de façon enjoué mais aussi quelque peu angoissé à l’idée d’écouter un énième ersatz de nos héros. Dès l’ouverture, Get Away, mes doutes se dissipent, on est touché par ce côté désuet et nostalgique, « I can’t get this feeling out of my mind ».
Les mélodies fuzzy sont très bien trouvées, le chant saturé et braillard donne ce côté nostalgique, les nineties c’est fini.

Lire la suite

Rock En Seine / Day Two


De la pluie, de la bière et du gros son! Ah ouais tu étais au Hellfest? Mais non c’est bien de Rock en Seine qu’on parle.

Bien qu’assez circonspect au départ quant au concept de festival-parisien-ou-tu-rentres-le-soir-chez-toi-en-métro (ouf!), je dois dire avoir été assez satisfait de ce festival et en particulier de ce Samedi quelques peu pluvieux!

Lire la suite

Rock en Seine / Day One


La soirée fut bonne, excellente même! Des amis au rendez-vous, des artistes « show bou illant!! », du son, de la lumière…

Chaque année, le festival « Rock en Seine », Porte de Saint-Cloud à Paris, envoie son quota de décibels, et c’est avec un plaisir immense que cette année NumaProstMusic tentera de vous faire découvrir, jour après jour, les instants live qui nous ont portés et transportés!

Oh Yeah! Douchi et Numa sont « dans les start » pour vous rapporter la substantifique moelle de cet évenement musical de la rentrée.

Pour faire bref et parce qu’il faut bien démarrer, mettre quelqu’un en avant, et qu’il est encore bien tôt pour faire un bilan exhaustif de cette première soirée, la belle émotion de ce décollage fut sans conteste « Big Audio Dynamite ». Fondé par Mick Jones, l’ex guitariste des Clash au début des années 80, reformé au début de l’année 2011 pour le plaisir de tous, « B.A.D », pour les intimes, a mis tout le monde d’accord entre 20h15 et 21h sur la scène de l’industrie ce soir.

Une claque made in 80’s qui fait du bien, qui donne la pèche, la banane, la frite quoi ! En tout cas beaucoup plus, que les papis des « Foo Fighters », monopolisant la grande scène de 22h à 23h30, pour nous servir de la soupe de rock trop fort… Dommage…

Have a good weekend !

Demain c’est Wu Lyf et Arctic Monkeys, en autres !

Bouillaaaant !

Numa

Arcade Fire / The Suburbs


Impossible pour Numa de passer à côté de l’album d’Arcade Fire, The Suburbs. Troisième opus du groupe sorti à l’été 2010 et véritable confirmation du talent de ces québécois qui commencent vraiment à faire de l’ombre aux géants. Ce petit bijou de l’année 2010 va être défendu sur la scène française du Main Square festival d’Arras ce samedi 2 juillet, alors pour les malheureux qui ne pourront y assister, voici un extrait d’un album à écouter…

Numa

The Last Waltz – Un dernier tour pour le Band


Bonjour à tous,

Aujourd’hui point de chronique album ou de live report (en même temps vu les concerts du weekend…je ne préfère pas revenir là-dessus), je vais plutôt vous parler d’un concert d’exception, la fin d’une époque, capté live par Mr Scorsese en personne. Alors non, je ne vais pas vous parler du live des papy du rock aka les Stones mais du groupe THE BAND.

The Band c’est avant tout LE groupe d’accompagnement de Bob Dylan, à partir de son revirement électrique. Mais ce que l’on sait moins c’est que ce groupe est responsable de deux albums géniaux : Music From the Big pink et the Band; c’est du classic rock à la sauce hippie et je peux vous dire que beaucoup ne s’en sont toujours pas remis.

Après de nombreuses années de tournées et un succès un peu en déclin, Robbie Robertson (lead  guitare et leader du groupe), décide d’arrêter de tourner. Cependant pour se retirer en beauté la bande de The Band à invité toutes les pointures du rock pour leur dernière valse (Neil Young, Joni Mitchell, Eric Clapton, Muddy Watters, Van Morrisson et Monsieur Bob Dylan!).

Le concert est absolument fou, outres des chansons parfaites, Scorsese s’est particulièrement appliqué à filmé de façon dynamique afin de retranscrire au mieux l’atmosphère du concert. Les artistes venant salués et joués avec The Band s’enchaînent sans se ressembler; Neil Young assène un Helpless plein d’émotions, Clapton balance un solo de blues déchainé, et Van Morrison montre à tout le monde qu’on peut porter un costume violet ridicule tout en chantant comme un Dieu.

The Band se retrouve ensuite autour de leur classique, la chanson The Weight, rendu célèbre par la BO du film d’avant garde Easy Rider. Ils livrent un live parfait de cette chanson. Impossible de la décrire, il faut le voir pour le croire.

Enfin pour finir un concert déjà bien mouvementé, Monsieur Bob Dylan nous livre un Forever Young et un I shall be Released (avec Ringo Starr et Ronnie Wood) avec son flegme si particulier. Une prestation scénique incroyable, et un Band survolté pour l’accompagner.

Dylan performing Forever Young

Vous l’aurez compris, ce live est une pépite, et malgré le fait qu’il est été enregistré en 1976, il n’a pas pris une ride. Trouvable pour environ 15 balles dans vos stores cela serait quand même bête de se priver.

Bon Lundi,

Douchi