31 Knots – Kro Album : The Days And Nights of Everythings Anywhere


Bonjour à tous,

Aujourd’hui penchont nous sur un album que je viens de découvrir et que j’écoute en boucle depuis. Ce disque date pourtant de 2007 et je connais le groupe depuis un an, mais voilà parfois certains disques passent entre les mailles du filet. Anyway, 31 knots est, bien sûr, un groupe indé américain qui disitille un mélange de math rock (mesures composées), de power pop, et d’une bonne dose d’experimental.

L’album s’appelle The Days and Nights of Everything Anywhere et sa commence fort, Beauty est une chanson bien répétitive avec une boucle de piano, auxquelles viennent s’ajouter des sons de guitares strident et dissonant. Sa ne s’arrange pas avec Sanctify, chanson complètement glucose, avec des sons à l’envers et des voix très étranges. Les chansons s’enchainent, et ne se ressemblent pas, on part ensuite dans une espèce de riff cubano-moyennageux avec plein de percussion. Le chanteur, Joe Haege, est particulièrement bon, son accentuation, et l’intensité qu’il met dans les chansons est particulièrement réussi, on pense à la fin de la chanson, au sifflet et aux paroles:

« But now I walk and talk the panic just like a bitch,
Creeping me with frequency.
Deceit, deceit, decide.. »

On sent vraiment que l’album est quand même un vaste chantier expériemental, cependant tout est vraiment bien foutu. La chanson d’après à un arrière goût de Police, très agréable. L’apogée arrive après, Everything in Letters et la sublime the days and nights of Lust, vous acheverons par la qualité du travail sur les mélodies et les qualités du chanteur. Il y aurait des milliards de choses à dire sur ce disque mais je préfère vous laisser le découvrir par vous-même.

Alors me direz-vous en Live sa donne quoi? Il faut savoir qu’ils viennent rarement en Europe. En petit veinard que je suis (et aussi grâce à un certain Flobo qui m’avait vaguement parler d’eux), me voilà un dimanche soir à l’aéronef à Lille avec une centaine de personnes à regarder un show à tomber par terre. C’est simple Joe Haege, est partout sur scène mais aussi au milieu de la salle, déguisés en militaire US, en pyjama façon far west et j’en passe. Les musiciens plus discrets, sont à fond, mention spéciale au batteur qui est une vrai brute et qui envoi un son de bargeot.

Voilà vous savez presque tout, si vous voulez en profitez, écoutez-le au casque bien posé chez vous, j’en profites pour vous donner le lien Spotify, avec une liste de lecture de deux albums. Si vous n’avez pas Spotify, la version gratos est vraiment chanmé, il y a des pub de temps à autres mais rien à voir avec les limitations de Deezer et le nombre d’albums est incomparable. A bon entendeurs…

http://open.spotify.com/user/mrjuliodelavega/playlist/2FQMxnYHetRp0SBUhkBhEH

Quelques vidéos du groupes :

En Unplugged

The Break

Man Becomes Me

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s